Présentation

Découvrez notre nouvelle playlist « Insider’s Tips ». Cette playlist mensuelle, qui s’adresse aux professionnel·les allemand·es, québecois·es et français·es, est constituée de morceaux récents d’artistes issu·es de Wallonie et de Bruxelles. Cette sélection est proposée par plusieurs ambassadeurs·rices belges travaillant au sein de l’industrie musicale et/ou ayant un lien avec l’international.

Bonne écoute !

Le choix des curateur·rices du mois :

Lucie Rezsöhazy est claviériste au sein de Fabiola, Les Juliens et a également officié dans Condore. Elle prépare actuellement le premier album de son projet personnel, entourée d’Aurélien Auchain (June Moan, Mountain Bike), Aurélie Muller et Catherine De Biasio (Blondy Brownie, Ici Baba, River Into Lake…).

  • Nicolas Michaux – « Harversters » : “Nicolas Michaux est revenu cette année avec l’album franco-anglophone « Amour Colère », au sein du label Capitane Records. Cet album, pour moi, est hypersensible et hyper solide ; des sentiments personnels et politiques distillés dans une élégante justesse de mots, de groove et de rifs. Mon Dieu que ça fait du bien”.
  • Blondy Brownie – « Immensità » : “Aurélie Muller et Catherine De Biasio devaient partir en tournée en Italie si la pandémie n’avait pas ravagé notre planète. Elles en ont profité pour reprendre ce titre de Andrea Laszlo De Simone à leur sauce French (ou plutôt Italian) pop indé. C’est l’occasion de se réécouter leur album « Almanach », sur lequel elles ont invité une belle brochette de leurs amis musiciens (réunis d’ailleurs dans un calendrier type ‘Dieux du stade’), qu’elles ont rencontrés au cours de leur carrière de ouf”.

Junior Goodfellaz est un DJ et Curateur basé à Bruxelles. Carrière solo depuis 12 ans mais aussi Tour DJ officiel de L’Or Du Commun & Swing. Il est aussi radio host passant par Studio Brussel, Tarmac, Pure & Tipik. Depuis 2020, il est désormais A&R pour le label Top Notch et directeur artistique pour Universal Music Belgium.

  • Morgan – “Malaise” : “Premier single du Beatmaker du groupe Le 77, pour moi c’est un Ovni dans le paysage musical actuel. Les sonorités viennent de partout, sa voix est unique et le personnage est délirant. C’est un nom que l’on va beaucoup entendre en 2021”.
  • Lous and The Yakuza – “Dans La Hess” : “Incontournable de cette fin d’année, Lous And The Yakuza c’est la sensation du moment. La production est digne des gros morceaux américains et son texte est tout aussi fort. Dans les crédits mais pas en featuring, Lous invite l’artiste Baloji sur ce morceau pour reprendre son couplet du morceau La Sonora de Starflam, la boucle est bouclée. Long life Queen Lous!

Actif depuis plus de 15 ans sur la scène indépendante belge francophone dans différents projets musicaux, Kevin Guillaume a lancé en 2017 dear.deer.records, petite maison à géométrie variable qui fait la part belle à la pop moderne au sens large, le label a déjà sorti une dizaine d’artistes et groupes de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre. Avec d’autres comparses rassemblés dans le collectif Range Life, Kevin a lancé en 2018 le festival, La Carrière Fest, et organise des concerts à l’année entre Bruxelles et Namur pour des esprits curieux mais un peu glandeurs.

  • Trésor – “La danse” :En ces temps troublés, ce nouveau titre extrait de l’album éponyme de Trésor sonne comme une bulle pas sociale, mais d’oxygène. Si les deux musiciens, Daniel et Aurélie, sont surtout connus pour tenir la basse dans de nombreux projets (Girls in Hawaii, Soy Un Caballo, Blondy Brownie, Fabiola), ce sont aussi des amoureux d’une pop faussement rétro et des histoires imaginaires parfois désuètes qui vont avec. La danse, c’est aussi ça mais c’est surtout une invitation à se bouger le derrière et retrouver le sourire dans ces temps un peu compliqués”.
  • ENDZ – “Mighty Whitey”:Comme Trésor, ENDZ a eu le chic de choisir le timing parfait en sortant son nouvel album ‘Harmed’ le 13 mars. Et avec une pochette sur laquelle deux mains semblent presque se laver, cet album est presque prémonitoire. ‘Mighty Whitey’ est le morceau le plus noisy et direct de l’album, avec une montée progressive pour atteindre une sorte de climax bruitiste. En écoutant de plus près les paroles, on comprend que cette tension renvoie surtout à la violence humaine à l’égard d’autrui, aveugle, sourde, égoïste”.

Delphine Prouteau débute en France dans la production de spectacle vivant puis à la direction d’un festival de théâtre. Elle commence ensuite à collaborer avec des artistes en Suisse et au Québec. En 2016, elle fonde l’association INFILIGNES afin d’offrir aux artistes un accompagnement plus personnalisé. En 2019, elle rejoint La Ferme du Biéreau, salle de spectacles musicaux en Belgique, à la direction des relations publiques et du mécénat. En parallèle, depuis plusieurs années, elle accompagne l’auteur Pierre-Etienne Vilbert.

  • CélénaSophia – “Les Géantes Bleues” : “La musique de CélénaSophia lance un appel sincère et vibrant à ne jamais perdre espoir. Elles offrent une musique rythmée et sensible. Sur scène, elles forment un duo de choc et  invitent à la danse et au réveil poétique”.
  • Noé Preszow – “A nous” :Noé Preszow est un artiste dont les textes sont engagés tout en restant très accessibles. Avec sa musique, il parvient à toucher un public toutes générations confondues. Il nous propose des chansons poétiques et mélodieuses qui, lorsque l’on prend le temps de les écouter avec attention, laissent en nous une forme d’espérance”.

En pleine puberté, Fabrice Detry tombe la tête la première dans la pop. Guidé par les frasques musicales de Pavement et Flaming Lips, il fonde Austin Lace, avec lequel il sortira 3 albums sur le label bruxellois 62tv Records. Producteur (des deux premiers efforts des Tellers entre autres), il jouera aussi la basse dans les rangs d’Hallo Kosmo, du Yéti, d’Italian Boyfriend et des Tellers prémentionnés. Actuellement Fab a monté deux nouveaux groupes : Endz (premier album sorti en mars dernier) et Fabiola, avec lequel il a commis un premier disque et vient de sortir un tout nouveau single, Crazy Diamond. Prémices d’un album à paraître post confinement.

  • Ode to space Hassle – « I pay no mind »: « Des groupes qui dépassent le simple mimétisme et s’approprient la matière de leurs grands frères américains avec brio, c’est aussi rare que des Trompettes de la Mort en forêt de Soignes. Ces Liégeois se font plaisir, et un peu mal aussi« .
  • Roza – “Coule Amour”:Des chœurs élégiaques, du fingerpicking simple et touchant, un brin de new age qui aurait l’art de nous taper sur les nerfs si la compo ne remportait pas la mise. Roza chante en français mais sait garder le chant à sa place, au milieu des champs réverbérés, sans jamais damer le pion à l’instrumentation”.
RECEVOIR CETTE SELECTION PAR EMAIL CHAQUE MOIS

Archives

Chaque semaine, une nouvelle sélection est proposée. Nous réunissons les anciennes sélections dans une playlist « Archives« .

L’illustration

Diane Steverlynck est designer, son travail est centrée sur le potentiel et la transversalité du médium textile, lié à l’usage, l’objet et l’espace.